S'inscrie
icone-velo

Que cherchez-vous ?

Les réponses aux questions que tout le monde se pose : avec Fergus Grant



Pourquoi les cyclistes professionnels devraient-ils être les seuls à répondre aux grandes questions de leur sport ? Chaque mois, nous discutons avec des coureurs du monde entier pour recueillir leurs réponses d’experts sur les sujets qui font l’actualité du monde cycliste. Ce mois-ci, Fergus Grant s’est prêté au jeu : quelle est la pire façon de franchir la ligne d’arrivée, quels conseils donner à un ami qui est en difficulté durant une sortie à vélo, pourquoi certaines personnes n’arriveront jamais à pardonner Lans Armstrong ?


Garder le cap de l’interview n’est pas chose facile avec Fergus Grant. Il faut dire que d’ordinaire c’est plutôt lui qui pose les questions. Il y a près de 30 ans, ce britannique débordant d'énergie a quitté le Royaume-Uni pour devenir saisonnier dans les Alpes françaises puis s’est très vite tourné vers le cyclisme pour ne plus jamais s’en détourner. Depuis, Fergus a soutenu les coureurs en queue de peloton en endossant le rôle de "Lanterne rouge" de la Haute Route, avant de rejoindre les lignes de départ et d’arrivée en tant que speaker officiel. Bien connu dans le milieu du cyclisme pour sa grande répartie et son mauvais goût en matière de musique, Fergus échange beaucoup avec les cyclistes des quatre coins du monde, ce qui fait de lui un candidat idéal pour partager son point de vue sur les grandes questions de la discipline.

 

Quelle est la chose la plus folle qui te soit arrivée à vélo ?

Je pense que c’est mon fameux carambolage avec un cheval en 2014. C’était l’avant-dernier jour de la Haute Route Pyrénées, sur la dernière descente. Dans les Pyrénées, la plupart du temps, les prés n’ont pas de clôture ; il y a donc des chevaux, des vaches et des ânes un peu partout. Cette fois-là, des chevaux se trouvaient du mauvais côté de la route. Nous étions dans la descente avec trois ou quatre autres coureurs et la moto en charge de la sécurité nous suivait. Je pense que le cheval a entendu la moto et au dernier moment, alors que j’étais à moins de cinq mètres, il a traversé la route. Je n’ai rien pu faire et je n’ai même pas eu le temps de freiner. J’ai juste eu le temps de me dire “aïe, aïe, aïe…" et j’ai percuté le cheval au niveau de l’arrière-train. J’ai fait un soleil et j’ai atterri dans l’herbe sur le dos. Je n’ai pas été blessé, le cheval non plus et fort heureusement mon vélo n’a pas été endommagé, mais je pense que si j’étais arrivé une seconde plus tard, j’aurais percuté le cheval au niveau des sabots ou de la croupe.

IMG_20190406_095228_01


<< on est tous les deux lourdement tombés à environ 10 mètres de l’arrivée >>



Est-ce que c’est également la chose la plus embarrassante qui te soit arrivée sur ton vélo ?

C’est vrai que l’anecdote du cheval est pas mal, mais je crois que j’ai encore mieux. Sur la première édition de la Haute Routes Alpes, la ligne d’arrivée se situait au Col de Vence et la descente jusqu’à Nice n’était pas chronométrée. J’étais à l’arrière du peloton avec le dernier coureur pour l’accompagner jusqu’à la ligne d’arrivée. C’était un américain super sympa et je lui ai dit “quand on passera la ligne d’arrivée on pourra célébrer en joignant nos mains en l’air”. Je n’avais pas réalisé à quel point il était fatigué. Il était vraiment à bout de force. Quand on est arrivés près de la ligne d’arrivée, je lui ai pris la main, ça l’a déséquilibré et nos vélos se sont rentrés dedans…on est tous les deux lourdement tombés à environ 10 mètres de l’arrivée. C’est vraiment la chose la plus gênante qui me soit arrivée parce que mon idée était totalement stupide.

 

De ton expérience en tant que Lanterne Rouge sur la Haute Route, quel serait le meilleur conseil à donner à quelqu’un qui est en difficulté sur la course et qui est vraiment dans un jour sans ?

Descend de ton vélo [rires]. Il vaut toujours mieux en rire. Parfois les gens veulent savoir le nombre de kilomètres qui les séparent de la prochaine ascension mais la plupart du temps ce qu’ils ne veulent absolument pas entendre ce sont des choses basiques comme “ça va aller”. Le mieux est de leur changer les idées. Pour ma part, j’engage juste la conversation, je parle de tout et de rien. Des fois je propose des jeux, par exemple des blind tests à partir des musiques de mon téléphone. Les blagues aussi fonctionnent bien pour les faire accélérer, et sinon je me mets à chanter, et là.… On est tous passés par là. Pour ma dernière course en tant que Lanterne Rouge en 2016 en Italie, je n’étais pas du tout en condition. Un jour j’ai même du monter dans la voiture balais pour faire une petite sieste. Maintenant je peux le dire on ne peut plus me virer [rires] !

IMG-20190831-WA0008



<< Mais ce qu’ils oublient c’est que Lance Armstrong était odieux avec les personnes de son entourage. >>




Quelle est la chose qui t’a semblé la plus étrange quand tu t’es mis au cyclisme ?

Pour moi la chose la plus étrange dans le cyclisme et que tu apprends au fur et à mesure que tu progresses est la gestion de l’aspiration. Quand je roulais au Royaume-Uni, je faisais peu de sorties et souvent en solo, mais en arrivant en France j’ai rencontré des gens qui maitrisaient cette technique et qui savaient rouler en groupe. Quand tu commences à jouer avec les aspirations, c’est vraiment une sensation incroyable.

 

Que penses-tu de Lance Armstrong ?

Ce sociopathe égoïste ? [rires]. Beaucoup d’articles ont été écrit récemment à ce propos et affirment : “même sans se doper il aurait accompli la même chose” ou encore “de toute façon tout le monde était dopé”. Mais ce qu’ils oublient c’est que Lance Armstrong était odieux avec les personnes de son entourage. Certes, il a mené de nombreuses actions caritatives et levé beaucoup de fonds pour la lutte contre le cancer, mais au quotidien il était plutôt détestable. Quant au dopage et à ses sept victoires sur le Tour, pour moi son nom devrait apparaitre. Dans tous les cas, sur les Tours qu’il a gagné il, n’y a aucun vainqueur officiel puisque tout le monde sait pertinemment qu’au moins le top dix était dopé. Donc je ne crois pas qu’on ait besoin de le pardonner ou non à ce sujet. En revanche, son comportement vis-à-vis des personnes qui l’entouraient est pour moi inacceptable.

ferg 2013-08-18 LR



Quelques grandes célébrités ont récemment fait la une de la presse cycliste en achetant des vélos de route et en les postant sur Instagram. Le cyclisme est-il en train de devenir un sport cool ?

Pour moi le cyclisme est un sport cool. Mais je ne pense pas que le cyclisme deviendra un jour suffisamment populaire pour être considéré comme “cool”, comme peut l’être un sport tel que le basket américain. Ça c’est un sport cool. Ces mecs ont un truc en plus. Tout est relatif mais je ne pense pas que les jambes rasées et le lycra seront un jour considérés comme cools. Le VTT est surement plus populaire que le vélo de route et je crois que le gravel va aussi apporter une touche de fraicheur au cyclisme en général, mais ce ne sera jamais cool cool.

Autres articles

HAUTE ROUTE NATION

Rejoignez une communauté de cyclistes passionnés.

En savoir plus
KeyNote_Carrousel_Bureau.001
BG-Photo

Remplissez ce formulaire pour recevoir toutes les nouvelles de la Haute Route